Bonjour Paris.

Cet Hiver était, pour moi, particulièrement morose. Il y avait comme un air de lassitude qui flottait autour de moi, j’avais envie de partir de Dijon, retrouver un endroit que j’aime et cet endroit c’était Paris.

Je dois bien avouer que Paris, je ne l’ai pas toujours aimé, loin de là. La première fois que j’ai vraiment visité et découvert Paris ça n’a pas été l’amour fou entre nous. Trop de monde, trop de personnes malintentionnées, au final je trouvais Paris trop laide par rapport à ce que l’on disait. Pourtant, au moment de la quitter, j’avais un petit pincement au cœur que je n’arrivais pas à expliquer. Il aura fallu attendre un an plus tard pour que je remette les pieds dans notre capitale et pour que cette fois je succombe à son charme. Finalement on aura attendu seulement quatre mois avant de se retrouver de nouveau et confirmer ce que je savais, en réalité, depuis toujours; Paris est l’une des plus belle ville de France. Paris je t’aime.

Fluctuat nec mergitur


Ce Dimanche 10 Février, avis de tempête sur la France. Paris n’est pas épargnée, la pluie s’abat sur la capitale, parfois à grosse goutte, parfois entre quelques éclaircies, le vent fait tomber quelques branches mortes d’arbres sur les trottoirs, sale temps pour faire du tourisme.

La première étape de cette journée (soigneusement préparée à l’avance) est un rapide passage aux Jardins du Luxembourg, un des rares parcs à ne pas être fermé en ce jour de tempête. Evidemment il est impossible de ne pas céder à la tentation de prendre en photo le palais du Sénat, haut lieu de pouvoir de la Vème République.

La tempête souffle sur le Sénat, comme une métaphore à la crise qui s’empare de notre République actuellement, pourtant il semble inébranlable, d’autant plus avec son drapeau français, flottant fièrement dans le ciel.


L’arrêt ne sera pas long, simplement le temps de contempler le prestige du lieux ainsi que les quelques bateaux miniatures flottant sur l’eau. Il est temps de passer à la prochaine et principale étape de la journée, un endroit riche en surprise…

Arrêt Montsouris.


Ce quartier de Paris situé dans le 14è Arrondissement, doit son nom au Parc Montsouris. Le quartier n’a rien à voir avec ce que l’on peu voir habituellement à Paris. Ici l’architecture Haussmannienne se mêle aux immeubles en brique rouge et aux petites rues pavées, sorties tout droit des campagnes françaises.

Ce qui attire l’œil lorsqu’on arrive à Montsouris depuis la ligne du RER B, c’est d’abord le dépaysement qu’offre le quartier de grâce à sa végétation, son calme et son architecture atypique offerte principalement par les bâtiments de la cité internationale universitaire. Le style des bâtisses fait penser aux maisons anglaises, pourtant nous sommes bien à Paris.

D’ailleurs, on a presque l’impression d’avoir été téléporté ailleurs qu’à Paris, puisque nous avons quitté la tempête du Jardin du Luxembourg, pour un beau soleil entouré d’un ciel bleu azur.

On se régal chez Auto Passion Café


L’heure passe dans le quartier Montsouris et il est déjà temps de manger. Il se trouve justement que Auto Passion Café se retrouve par hasard dans la balade, et il s’agit d’un café très atypique!
En effet, comme le laisse présager le nom de ce restaurant, le thème et l’ambiance du lieux tourne autour de l’automobile. F1 Renault attachée au plafond, Ferrari en exposition au milieu des tables, éclairages intérieur par d’anciens lampadaires, feux piétons et gyrophare de police, tout y est pour assurer l’ambiance automobile. Enfin, non seulement le cadre est atypique et particulièrement beau, mais en plus les plats sont bons et très bien présentés. Bref un sans faute.

Balade digestive sur la Petite ceinture et au Square Montsouris


A quelques rues d’ici, la petite ceinture apparaît. Elle fait partie intégrante du charme de Montsouris, cette ancienne ligne ferroviaire abandonnée est aujourd’hui devenue un lieux de prédilection des promeneurs et autres amoureux des espaces verts en ville. Il faut dire que sur la petite ceinture, le temps a figé l’endroit, seule la nature semble avoir petit à petit pris possession des lieux.

Bien que cet ancien axe ferroviaire semble avoir une longueur infinie, la balade sur les rails ne sera pas éternelle, il est temps de changer de quartier et d’ambiance. Retour dans le RER, puis une petite correspondance avec le métro pour enfin arrivé vers le quartier de la gare de Lyon. Mais avant ça nous passons par le Square Montsouris, ne vous fiez pas au nom de ce lieux, il s’agit ici d’une magnifique petite rue pavée enveloppée de végétation et de petites maisons à l’air de village campagnard.

Bercy, Bastille, Gare de Lyon


Je ne vais pas vous mentir, sur cette partie de la journée, la machine s’est un peu grippée. A la base, l’objectif était de faire toute la balade au dessus du Viaduc des Arts, malheureusement à cause de la tempête, impossible d’accéder aux espaces verts du viaduc, du coup la balade c’est faite en bas de l’ouvrage et sous le vent, de plus une étape a été grillée sans le vouloir, finalement une halte s’impose Place de la Bastille, lieu de grands bouleversements pour notre pays mais aujourd’hui devenu presque un simple rond-point orné d’une somptueuse colonne.

Fin de la pause il est temps de reprendre l’itinéraire prévu, demi-tour toute, et direction Gare de Lyon, cette fois la cible n’est pas ratée on peut enfin admirer la jolie Rue Crémieux, véritable OVNI multicolore dans le 12è arrondissement.

Après cet instant d’émerveillement il est temps de regagner le métro à Gare de Lyon. Ce magnifique bâtiment aux faux airs de Big Ben, abrite l’une des dernières station de métro que nous allons prendre aujourd’hui.

Le soleil se couche sur Paris, le jour nous quitte tout doucement, offrant un spectacle de lumières et de reflets sur les bâtiments de la capitale, l’occasion de prendre quelques clichés avant de s’engouffrer dans les méandres du métro. Dans quelques minutes nous ressortirons sur l’île de la cité pour la dernière étape de la journée, mais ce sera le sujet d’un autre article, en attendant profitons encore un peu des quelques rayons flamboyants du soleil. Entre méli-mélo de orange et de violet, entre premiers souvenirs et émerveillement, entre l’amour et la passion, entre deux immeubles, ce soir le soleil se couche.

Quentin


Publicités

Catégories :Escapades

3 Comments

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s